Hachette Livre rachète l’éditeur Workman Publishing (USA)

Hachette Livre rachète l’éditeur Workman Publishing (USA)

Hachette Book Group va acquérir Workman Publishing, a annoncé lundi 16 avril son propriétaire, Lagardère. L’acquisition devrait se conclure à l’automne car soumise « à plusieurs conditions usuelles, dont l’agrément des autorités de concurrence compétentes », précise le communiqué.

Hachette a déboursé 240 millions de dollars (204 millions d’euros) pour absorber cet éditeur indépendant, l’un des plus lucratifs du secteur aux Etats-Unis. Avec un chiffre d’affaires de 134 millions de dollars (114 millions d’euros) en 2020,  en croissance de plus de 12% par rapport à 2019, Workman tire trois quarts de ses revenus de son fonds, composé de best-sellers en vie pratique. Outre What to expect when you’re expecting (500 questions-réponses sur bébé publié en français chez Larousse), ce groupe s’est développé dans le parascolaire avec des coffrets de quiz pour enfants. Les ventes de ces best-sellers dépassent les 40 millions d’exemplaires, d’après le New York Times.

 

Tirer parti des « marques puissantes »

Workman commercialise également une collection de calendriers à succès, des livres d’humour, des livres-cadeaux et un peu de fiction. A la mort de Peter Workman en 2013, Carolan a repris le flambeau comme présidente exécutive et c’est elle qui cherchait à céder l’entreprise.

« Dans un contexte de forte consolidation du marché, cette opération permettra à Hachette Livre d’accroître significativement la présence d’Hachette Book Group aux Etats-Unis », mais aussi de « renforcer ses positions en jeunesse », précise le groupe Lagardère. L’éditeur français, troisième au niveau mondial, souhaite tirer parti de « la réputation de la maison d’édition [américaine] auprès de ses partenaires », et des « marques puissantes » qu’elle détient.

Workman Publishing a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 134 millions de dollars, en hausse de plus de 12 % par rapport à 2019. La transaction s’effectuera au prix fort, sur un multiple de valorisation proche de deux fois le chiffre d’affaires. Le rachat reste encore soumis à l’agrément des autorités de concurrence et devrait intervenir à l’automne. Après ce feu vert, l’entreprise américaine deviendra la huitième division d’Hachette Book Group et restera dirigée par son actuel PDG, Dan Reynolds, tandis que Carolan Workman prendra sa retraite.

 

Troisième éditeur mondial

L’éditeur français, troisième éditeur mondial, souhaite tirer parti de « la réputation de la maison d’édition [américaine] auprès de ses partenaires », et des « marques puissantes » qu’elle détient. Fondé en 1968, Workman Publishing a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 134 millions de dollars, en croissance de plus de 12% par rapport à 2019.

Hachette Livre est la marque principale de Lagardère Publishing, la branche édition et jeux du groupe français. En 2020, Hachette avait résisté aux conséquences économiques de la crise sanitaire, affichant un chiffre d’affaires stable à 2,4 milliards d’euros, et un résultat opérationnel en progression de 12%.

 

Pôle des magasins d’aéroports toujours affaibli

Lagardère, dont le premier actionnaire est Vivendi, la maison mère d’Editis (numéro deux de l’édition en France), assure que « le financement » de cette acquisition « sera assuré par la combinaison des produits de cession des différents actifs sans augmentation significative de la dette nette ». L’endettement du groupe s’élevait fin juin à 1,7 milliard d’euros. La branche édition du groupe est la seule à afficher un résultat opérationnel positif au premier semestre et une hausse de son chiffre d’affaires (+ 16,4 % à 1,13 milliard d’euros), le pôle des magasins d’aéroports étant toujours affaibli par l’impact de la crise sanitaire.

Troisième éditeur aux Etats-Unis derrière Penguin Random House et HarperCollins (filiale de News Corporation de Rupert Murdoch), Hachette Livre veut conserver sa place dans ce pays. Le marché du livre y a connu un fort rebond de 23,4 % des ventes à 5,1 milliards de dollars, entre janvier et mai 2021 par rapport à la même période de 2020 selon l’Association des éditeurs américains. Ce secteur est caractérisé par sa forte proportion de livres électroniques (12,6 % des ventes) et de livres audio (9,3 %) ainsi que, dans le domaine de la distribution, par le poids déterminant d’Amazon.

Concentration, concentration

Sur le territoire américain, à l’image du reste de l’industrie du livre dans le monde, une vague de consolidation a profondément refaçonné le secteur. Tout cela avait débuté avec la fusion de Penguin et Random House en 2013, mais la tendance se poursuit.

En mars dernier, HarperCollins rachetait Houghton Mifflin Harcourt Books and Media, la division d’édition commerciale de Houghton Mifflin Harcourt. Une somme de 349 millions $ dépensés pour disposer d’auteurs comme Tolkien, Orwell ou encore Philip Roth.

En depuis que le géant de la littérature PRH domine outrancièrement le marché, un nouvel accord, de 2 milliards $ a été signé pour l’acquisition auprès de ViacomCBS, de la maison Simon & Schuster…

Pour Hachette et Workman, le calendrier est fixé à l’automne pour obtenir la validation définitive.

 

Julia